MESHELL «Ventriloquism»

Peu d’artistes peuvent se targuer d’avoir imposé un style, intime, authentique et sincère, comme Meshell, depuis ses débuts. Ses albums, personnels, exploratoires, autant de l’humain que de la musique contemporaine – jazz, soul, pop, folk -, ont marqué ces vingt dernières années. Sans concession, lumineux ou dark, on y devinait le mood d’une créatrice au plein sens du terme, toute entière dévouée et inscrite dans ses chansons, dans ces ambiances gloomy, ombrageuses et passionnées, amoureuse et blessée. Ventriloquism, album de reprises de thèmes des 80’s, aurait pu nous éloigner de son interprète. Il n’en est rien.
Meshell reprend ces airs – et l’on devine immédiatement qu’ils ont jalonné sa propre vie, comme la nôtre. Du coup, on s’y sent bien, pas seulement parce que ces morceaux sont familiers – elle s’emploie à les colorier de ces gris et de ces tons d’automne qui nimbent son univers, à les magnifier de ses propres projections impressionnistes -, mais parce qu’on l’y retrouve à son meilleur. Capable de réinventer l’ « Atomic Dog » de George Clinton, sur des ornements de guitare scottish, de sublimer (si cela est possible) le « Sometimes It Snows In April » de Prince, de draper de mohair le « Smooth Operator » de Sade. RG

MESHELL

Ventriloquism

(NAIVE/BELIEVE)

SOUL/POP/ELECTRO

TOP M&C